j'y pense…


2 Commentaires

Saint Valentin

C’est l’histoire d’un amour.

Il n’est pas né de la foudre,
comme dans les films ou les livres.

Il n’a pas été clandestin,
avec un parfum d’interdit;
il n’a pas non plus brillé de mille paillettes;
elle n’était pas princesse,
il n’était pas prince.

C’est l’histoire banale d’un amour banal,
entre deux vouzémoi,
que l’Histoire oubliera.

Et pourtant…

Lire la suite


4 Commentaires

Mais pourquoi faut-il toujours qu’il faille falloir?

Falloir.

C’est quoi ce verbe qui ne se conjugue qu’à la troisième personne?

Bon. Si tu me connais, tu sais que j’aime bien le chiffre trois. Et alors? trois c’est trois, c’est pas troisième. Dans trois, il y a bien un, puis deux, et enfin, trois.

Alors un verbe refuse de s’accorder à moi, un verbe qui exprime une contrainte, une obligation posée par on ne sait qui et quand à laquelle je n’ai pas mon mot à dire, et bien je ne l’aime pas, moi, ce verbe.

Je le prends, ce verbe, je le regarde droit dans les yeux, puis je l’em……brasse et lui demande poliment d’aller voir ailleurs et de m’oublier.

Ce verbe, il ne faut pas qu’il… meeeerde! Pourquoi c’est si difficile de s’en débarrasser!

Lire la suite


2 Commentaires

« Rien n’arrête une racine »

Tombé ce matin sur un texte dont voici un extrait:

«Chaque personne a un ressort intérieur et des ressources insoupçonnées. Rien n’arrête une racine: en cas d’obstacle, elle le contourne et ouvre un autre chemin. De la même façon, nous avons à tracer notre chemin de vie.»

(Phytospiritualité: Libérer la joie avec Agathe Frémy)

Intéressant.

Cette image de la racine a résonné en moi.

Lire la suite


1 commentaire

Marcher, respirer, lâcher…

On me l’a dit et répété:
ne pas respirer avec le haut du torse,
mais «descendre» la respiration
depuis la poitrine jusque dans le ventre

De plus, une certaine vision du corps nous incite à
inspirer en bombant le torse
et en rentant le ventre;
du coup, en expirant, on a tendance à
dégonfler le torse
et, du coup, relâcher le ventre qui s’affaisse et part en avant.

Alors que ce devrait être l’inverse:
l’inspir ventral pousse le nombril en avant
sans soulever la poitrine
et l’expulsion de l’air se fait en rentrant le ventre.

Bon.
J’ai compris.
Mais je n’y arrive pas forcément.
Et puis ce matin, j’ai tout à coup découvert quelque chose.

Lire la suite