le Blog à Dom

J’arrête de falloir

5 Commentaires

Il y a … trois ans (déjà!), j’ai partagé avec toi une réflexion sur le verbe falloir. Le titre de mon billet était: « Mais pourquoi faut-il toujours qu’il faille falloir? » (lien) Je prenais la résolution suivante (citation):

Cet après-midi, il fait beau. D’aucuns prétendraient sans vergogne que, avec un temps pareil, il faut sortir. Eh ben moi non. Je dis: je faus sortir. Je ne veux pas sortir pour une autre raison que parce que je le décide. Na. Et si le verbe falloir fait de la résistance, si l’Académie française veut m’empêcher de falloir, si mon correcteur orthographique me chie une pendule, si toi qui me lis tu trouves que j’exagère, et bien tant pis.
Je faudrai chaque fois que je voudrai.

Dernièrement, j’ai eu envie de faire un pas supplémentaire. Je t’explique:

J’étais sorti marcher, un peu parce qu’il le fallait. Mon embonpoint, mon arthrose, mon dos, ma santé quoi, commandaient que je marche plus souvent. Et je me disais, dans la ligne de pensée du billet sus-cité, que je fallais marcher.

Parce qu’il faut (!) bien le dire: la marche, tout bénéfique qu’elle soit, ne m’est pas toujours une évidence. Souvent, j’aurais plus envie de me poser, me « pauser », voire carrément « glander ». Pantouflemmard je suis, et l’exercice physique ne fait pas partie des tentations qui m’assaillent. S’il m’arrivait un jour de croiser une bonne fée qui m’accorde trois voeux, il est probable que l’un d’eux serait celui-ci: avoir envie de marcher, de bouger, aussi souvent et avec la même intensité que j’ai aujourd’hui l’envie de m’enfauteuiller1 devant la télé.

Donc, ce jour-là, je m’étais mis en marche avec une certaine résignation. Il – ou je – le fallait. Quels que soient les mots que je mettais sur cette affaire, il y avait cette idée d’obligation. Et le fait de prétendre falloir moi-même n’y changeait rien.

C’était même un peu hypocrite. Parce qu’enfin, cette façon de jouer avec les mots – dire je faus – n’était finalement qu’une autre manière de dire ce qu’on m’avait proposé de faire: remplacer il faut par je veux. Or, je ne veux pas! Dans ces moments, il ne me suffit pas de dire je veux pour avoir la sensation d’une volonté personnelle. Pasque, hein, ce que je voudrais à ce moment-là, c’est pantoufflemmer2. Un point c’est tout.

Alors? Comment exprimer à la fois qu’il s’agit bien d’une sorte de nécessité, d’obligation, mais en même temps d’une décision personnelle? Ou encore: comment me sortir de la pression d’une obligation, d’un devoir?

L’idée m’est alors venue de dire j’ai besoin de marcher. Dans cette formulation, il y a le je de la prise de responsabilité, et le besoin qui exprime la nécessité. Avec, me semble-t-il, un avantage supplémentaire:

Dans l’expression il faut, il y a une sorte d’injonction qui n’appelle que l’obéissance. Un ordre est donné, il y a exécution, fin de l’histoire.

Tandis que dans j’ai besoin, figure une sorte d’appel à aller vers. Un besoin se satisfait. Avec ou sans plaisir, mais il se satisfait. Si donc je me positionne comme ayant besoin de marcher, en le faisant je vais vers une satisfaction, comme une récompense. Être satisfait me semble infiniment plus intéressant que d’être discipliné.

Même si la satisfaction en question ne se manifeste pas dans l’immédiat. En effet, après avoir marché une heure, je ne sens pas que j’ai diminué mon risque de souffrir de problèmes cardiovasculaires, je ne mesure pas l’impact sur mon hypertension, je n’ai pas forcément conscience de m’être fait du bien. Pourtant c’est une réalité. Il y a bénéfice; la satisfaction, elle, ne se manifestera qu’à moyen ou long terme.

~ ~ ~

Et tu sais quoi? Je me souviens tout à coup avoir déjà écrit un billet qui parlait un peu de la même chose, sous un autre angle. Un billet que je relis, et que je redécouvre: Projet de vie

Une fois de plus, je me dis: arriver à comprendre quelque chose et le formuler par écrit de manière parlante est une chose, mais parvenir à l’incarner dans mon quotidien en est une autre!

Et là, y a du boulot.

Il faut que j… pardon: j’ai besoin de m’y mettre!

IMG_1344

Et pourquoi pas, de temps en temps, recontacter l’un de ces moments où le plaisir était au rendez-vous…


  1. Si, ça existe! Je le fais tous les jours.
  2. Voir note précédente

 

5 réflexions sur “J’arrête de falloir

  1. J’adore ! Très bien écrit. (Et pensé). J’ai bien besoin de le dire ! 😉

    J'aime

    • Merci bugraptor!
      Bienvenue chez moi!
      Et bravo! Tu viens de battre le record absolu de rapidité de commentaire sur ce blog!

      J'aime

      • Je voulais surtout que François découvre que je ne spamme pas que son blog ! 😉

        Bon, chez toi j’écris plus court… Ca doit l’énerver d’ailleurs… 😀

        Aimé par 1 personne

      • Hi hi! J’avais failli ajouter « et record de concision »… Mais je me suis dit que tu y allais progressivement… 😉

        J'aime

Commentaire, partage, confrontation, grain de sel...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s